Oran fut une importante station préhistorique du nom d'Ifri (les cavernes en berbère). Elle fut fondée, sous le nom de Ouahran en 937, par des marins andalous. Le port d'Oran fut assez prospère sous la dynastie des Zianides et entretenait des relations suivies avec les pays méditerranéens. En 1509, Oran fut prise par l'armée espagnole du cardinal Ximénes, commandée par Pédro Navarro.

    En 1792 les espagnoles quittèrent Oran, suite au tremblement de terre qui détruisit la ville en 1790. Les Beys de l'Ouest résidèrent ensuite à Oran jusqu'en 1830. En 1831, la France, après avoir occupé Mers-El-Kébir, entre à Oran. À l'indépendance en 1962, Oran reprend sa vitalité, ses activités et mérite à nouveau sa qualité de métropole commerciale et résidentielle. Le théâtre régional, le théâtre de verdure, le musée, la vieille ville d'Oran, le quartier Sidi-El-Houari, le jardin municipal, la Médina-El-Djédida, avec ses produits artisanaux, la cathédrale, le Djebel Murdjadjo et les stations balnéaires voisines sont autant d'attractions pour les visiteurs. Sans oublier la musique Raï, présente corps et âme dans la ville la plus méditerranéenne de toutes.